olivier-larizza.com

24 contes des Antilles

24 contes des Antilles - couverture

Références :

Éditeur : Flammarion jeunesse
Nombre de pages : 224
Illustrations : Fred Sochard
Prix: 6,00 €

Acheter en ligne :

Logo Amazon
Acheter le livre sur Amazon.fr


logo Fnac
Acheter le livre sur Fnac.com
Aux Antilles, il y a bien longtemps, les esclaves se retrouvaient à la tombée de la nuit après une longue journée de travail. Sous les étoiles, ils se réunissaient pour écouter le conteur. Parfois fantastique, parfois cruel, le conte antillais se raconte comme une chanson, une devinette ou une histoire drôle. Des récits pour rire et voyager.

Les médias en parlent :

« Comment ne pas se réjouir à la lecture d'un livre aussi savoureux ! Ce recueil d'histoires ensoleillées, poétiques et drôles, est un moment de bonheur. Voilà un excellent moyen de découvrir la vie créole et de donner envie de lire. Pourquoi ne pas monter ces histoires en pièce de théâtre ou en spectacle de marionnettes ? »
Choisirunlivre.com

« Une introduction qui retrace l'historique des Antilles et la tradition orale des contes antillais, ainsi qu'un lexique des termes créoles, donnent un ensemble intéressant à cet ouvrage qui ouvre sur une communauté, ses traditions et son passé lourd de l'esclavage. Pour tous. »
InterCDI : revue des centres de documentation et d'information de l'enseignement secondaire

« Avec "Douce misère", "Le Bal de compère Tigre" et "Mamzelle Sauterelle" entre autres, Olivier Larizza nous propose 24 contes pour rire et voyager, 24 contes populaires qui savent si bien retracer l'âme de notre peuple tout en participant à la fondation de notre littérature. »
Marie-Line Ampigny, France-Antilles Magazine

« Tout un bestiaire espiègle et fantasque gambade là, rejoignant la saveur d'une tradition orale héritée d'Afrique surtout, mais aussi de sources européennes (Perrault n'est pas loin) ou amérindiennes. Compère Lapin pointe ici régulièrement l'oreille, qui figure l'esclave se jouant de son maître. Car ces contes s'inscrivent sur un fond historique douloureux, détourné par le rire ou la facétie. Reine Libellule, compère Tigre ou Lucifer lui-même croisent Madame Mulet, Ti-Jean et demoiselle Crapaud dans cette mise en lumière originale de l'imaginaire antillais. »
Michel Genson, 7 Hebdo – Le Républicain Lorrain

« Sa plume caustique, quelquefois corrosive, révèle bien l'humour des Antillais… mais attention, contrairement aux contes de Grimm ou de Perrault, dont on peut retrouver à l'occasion le souffle de l'inspiration, il n'y a guère — ou si peu — de portée morale dans les contes que rapporte Olivier Larizza. Comme il l'explique, le conte antillais est une parole de résistance qui distille en secret des messages interdits. »
Bernard Delattre, Les Dernières Nouvelles d'Alsace

« L'écrivain prend un plaisir évident à dérouler ces petites histoires à la fois simples, pleines d'humour, de fraîcheur et de bonne humeur, qu'il raconte comme s'il voulait transmettre cette oraliture, en voie d'extinction, à cette peuplade de jeunes qui se nourrissent aujourd'hui du falbala du numérique et de l'Internet. »
Laurent Bayart, revue Hauteurs

« L'enchantement est complet. On sent que l'auteur a mis tout son cœur pour capter, sauvegarder ce patrimoine essentiel. »
La Gazette de la Manche, d'Ille-et-Vilaine et de la Mayenne

« Des contes brefs, à l'écriture vive, qui vous transportent dans un ailleurs d'une grande richesse narrative. »
Gérard Bialestowski, Griffon

« Pour partager des moments de paix et de rire… 24 histoires fantastiques ou cruelles qui se chantent ou se devinent… »
Kan-kan.info

« Belle série de contes fascinants, l'ouvrage d'Olivier Larizza est une claire leçon donnée aux humains que nous sommes sur les multiples aspects de la personnalité, de la conscience et du comportement. »
Pierre Pinalie, Antilla

« Contes drôles, cruels, initiatiques, Martinique, Guadeloupe, Trinidad, Haïti… Olivier Larizza a diversifié son registre au maximum, s'adressant aussi bien aux jeunes qu'aux adultes. »
Laurence Schmitt, Le Républicain Lorrain

« Un choix peu surprenant quand on sait que l'auteur partage sa vie entre l'Alsace et la Martinique. »
Jacques Lindecker, L'Alsace

« L'originalité de ces contes réside d'abord dans leurs couleurs atypiques, leurs mentalités ou leurs moralités déconcertantes, vue de notre pâle métropole. »
La Gazette des amis de la lecture

« Tous les personnages de notre enfance sont présents pour nous faire vibrer au rythme des Antilles. »
Christelle Théophile, PILIBOmag

« L'écriture alerte, vive et parfois enjouée d'Olivier Larizza fait que l'on suit avec plaisir et intérêt les aventures de Ti-Jean, de compère Lapin et de Tigre. Assurément, cet animal-là a plus d'un tour dans son sac ! »
Elsa Nagel, Hebdoscope

« La dérision, la malice font bon ménage ici. »
Ibbylit : revue belge de la littérature de jeunesse